Comment a été imaginée la saga Professeur Layton ?

7 jeux principaux, un spin-off avec Ace Attorney, des mangas, un film et même une série d’animation : Level-5 semble avoir trouvé une formule qui fonctionne avec sa licence Professeur Layton. Comment ont-ils donné naissance à cette formule miracle ? Quel a été le processus créatif ? Pour comprendre tout cela, il faut remonter quelques années en arrière.

Les racines de la licence

 En 2005, le jeu d’énigmes Programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima : Quel âge a votre cerveau ? sort au Japon sur la nouvelle console de la firme japonaise : la Nintendo  DS. Ce jeu connaît un succès tonitruant : plus de 70 000 commandes pour le premier approvisionnement et il reste le jeu le plus vendu pendant 34 semaines de suite. Lors de sa sortie en France, on pouvait d’ores et déjà comptabiliser plus de 2 millions d’exemplaires écoulés uniquement au pays du Soleil levant. Aujourd’hui, 19 millions de copies ont trouvé preneurs dans le monde.

Akira Hino, président et fondateur du studio de développement Level-5, a décidé à la vue des très bonnes ventes de ce jeu d’énigmes de surfer sur son succès et de proposer lui aussi sa propre version du concept. De plus, il adore les énigmes depuis tout petit et possédait un grand nombre de livres de monsieur Akira Tago. Ce dernier est un maître d’énigmes très connu au Japon qui a publié 23 recueils de problèmes en tout genre appelés “Gymnastique pour l’esprit”. Ils ont connu un très grand succès et comptabilisent un total de 12 millions d’exemplaires vendus. Il nous a quitté à l’âge de 90 ans en 2016, victime d’une pneumonie.

Dès qu’Akira Hino a eu l’idée de créer ce jeu d’énigmes, il s’est rendu au bureau de monsieur Tago à Akasaka (quartier de Tokyo) dont il admirait le travail afin de lui proposer une collaboration. Le maître des énigmes a immédiatement accepté la demande du jeune développeur, touché par le projet d’adapter ses ouvrages en jeux vidéo.

Un développement tumultueux

Le projet s’est donc orienté dans un premier temps comme une adaptation pure et simple, en ajoutant seulement quelques éléments propres au média et en écartant les énigmes qui ne se prêtaient pas à un jeu vidéo. Cette partie du développement dura une année environ. Cependant, on leur a interdit d’utiliser le titre des livres d’Akira Tago à cause de soucis de copyright. De plus, une flopée de jeux qui sortaient à la suite du succès du jeu Programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima : Quel âge a votre cerveau ? étaient juste des compilations d’énigmes. L’équipe de développement décida donc de s’écarter de ce qu’ils avaient prévu initialement.

En parallèle de la création du jeu, les membres de Level-5 avaient mis en place un mode de jeu bonus où les énigmes que l’on pouvait résoudre s’inscrivent dans une petite histoire. Afin de contourner les soucis de droits et de se démarquer de la concurrence, l’équipe de développement est reparti de ce concept : un jeu d’énigmes mêlant scénario et réflexion. Ainsi, le joueur qui résolvait une énigme avait non seulement le bonheur d’avoir réussi mais également celui d’avancer dans l’histoire du jeu.

Une ambiance soignée

Après avoir établi les très grandes lignes de leur scénario, il fallait au studio un duo de personnages principaux. Nagano Takuzo, qui était designer des premiers jeux Layton, a alors proposé plusieurs personnages provenant tous de la même inspiration : le couple Sherlock Holmes et docteur Watson. C’était pour eux une évidence : lorsque l’on pense “énigme” et “enquête”, c’est immédiatement les aventures des romans d’Arthur Conan Doyle qui viennent à l’esprit. L’univers de la licence a découlé du choix de l’inspiration de Layton et Luke : un Royaume-Uni alternatif, habité par une ambiance mystérieuse où il est facile de glisser du fantastique par petites doses.

L’attention portée au design de Layton et Luke témoigne de celle portée à l’ambiance du jeu en général. Tout d’abord, on peut souligner les musiques composées par Tomohito Nishiura qui arrivent parfaitement à retranscrire l’ambiance mystérieuse qui pèse sur chacun des jeux. Les musiques sont devenues tellement célèbres dans le monde vidéoludique qu’elles font office de référence lorsque l’on veut décrire un style de musique s’en rapprochant.

L’esthétique de la licence Layton n’est pas en reste non plus. Le chara design est unique à Level-5 et même si on retrouve le même style de personnages cartoonesques dans les autres productions du studio (Yokai-Watch, Inazuma Eleven), cette esthétique participe à l’ambiance des jeux. 

Une fois que tout ces éléments étaient définis, le président du studio a insisté pour participer au choix des doubleurs. Selon lui, avoir la voix parfaite pour le professeur était tout aussi important que le reste pour l’immersion des joueurs.

Les énigmes des jeux

Parmi toutes les énigmes du jeu, seules trente ne sont pas issus des livres de gymnastiques de l’esprit d’Akira Tago et ont été créés pour l’occasion. Le processus de fabrication d’énigmes utilisé pour ces trente énigmes sera également utilisé lors du développement des prochains jeux professeur Layton. L’équipe part en séjour pendant quelques jours, coupés du monde et ne consacrent leur temps qu’à la création de problèmes. Ces séjours créatifs sont appelés les Puzzle Camps en interne. A partir du troisième opus (Professeur Layton et le destin perdu), l’entièreté des énigmes sont inédites et donc imaginées au cours des Puzzle Camps.

L’équilibrage des énigmes a également été très important pour monsieur Hino, notamment pour celles nécessitant des connaissances mathématiques qui sont évitées au maximum pour ne pas pénaliser les joueurs qui sont davantage littéraires. De même, les problèmes basés sur des jeux de mots sont prohibés car impossibles à traduire pour la plupart.

Les énigmes sont donc proposées avec une difficulté croissante tout au long du scénario, en mettant de côté les plus ardues afin de laisser le choix au joueur et par la même occasion privilégier l’effet eurêka à des sentiments négatifs tels que la frustration ou l’énervement. L’effet eurêka est la sensation que l’on ressent lorsque l’on parvient à comprendre quelque chose de complexe, telle qu’une notion mathématiques ou la solution d’une énigme par exemple. Cet effet aurait été nommé par Archimède et signifie “j’ai trouvé” en grec ancien.

Ainsi, la saga Layton tire son succès d’un mélange entre la série de jeux du Dr.Kawashima, du génie d’Akira Tago, d’un scénario entraînant et d’une ambiance unique. Si vous voulez (re)découvrir les aventures du professeur, vous pouvez retrouver la première trilogie de la saga en HD sur smartphones ou bien les aventures de sa fille sur Nintendo 3DS et Nintendo Switch.