Beelzebub, entre humour et sérieux

Beelzebub est un shônen créé par Ryuhei Tamura en 2009 dans le Weekly Shônen Jump. Il s’est terminé en 2014 avec 28 tomes trouvables sous l’édition Kazé en France. Une suite, Beelzebub Side-Story, a été publiée dans le Shônen Jump Next de 2014 à 2015. Le manga a été adapté en OAV en 2010 lors du Jump Super Anime Tour, qui mena ensuite à l’adaptation en anime avec 60 épisodes entre 2011 et 2012. Cependant, l’anime n’adapte pas tout le manga laissant les fans sur leur faim. C’est pourquoi, ils espèrent tous qu’il y ait un remake de l’anime comme pour Fruits Basket. L’origine de la série est un one-shot publié en 2008 dans le Weekly Shônen Jump qui a gagné le prix Gold Future Cup. De base, Tamura voulait faire un manga avec un personnage furyo, c’est-à-dire un jeune voyou, mais c’était trop fade à son goût. Il a donc rajouté un bébé et installé un univers fantastique mélangé à l’univers des lycées japonais ce qui donna un manga avec différentes facettes centrées sur l’humour avec un brin de sérieux.

Synopsis

Tatsumi Oga est un jeune délinquant du lycée Ishiyama, connu pour être un lycée de voyou. À cause de sa façon de se battre, il est surnommé « l’ogre tueur » ou « Oga le fou furieux » par ses camarades. Un jour, il voit un homme flottant sur un fleuve et décide de le ramener à la rive. Cependant, le corps de cet homme s’ouvrit en deux et un bébé en sortit. Ce bébé se trouve être le fils du Roi Démon, Kaiser de Emperana Beelzebub IV, surnommé Beel. Oga apprend qu’il a été choisi pour être son « père » et doit l’élever jusqu’à ce qu’il soit en âge de détruire la Terre. La servante et « mère » de Beel, Hildegarde, vient pour le reprendre mais celui-ci ne veut pas quitter Oga et elle doit donc rester pour s’occuper de Beel à ses côtés. Ce dernier ne devient pas seulement le père de Beel mais aussi son réceptacle pour contrôler ses pouvoirs, ce qui fait qu’Oga est encore plus fort qu’avant. Mais Oga ne voulant pas s’occuper d’un bébé démon cherche à s’en débarrasser en essayant de trouver un voyou plus fort et plus mauvais que lui, puisque c’est la solution requise pour qu’il décide de le quitter. C’est pourquoi il alla se battre contre les élèves les plus forts de son lycée, devenant connu comme « le voyou au bébé ». Par la suite, cela se complique, il ne se bat plus contre des lycéens mais contre des démons. En effet, il y a des clans de démons qui cherchent à prendre le pouvoir du monde des démons et de ce fait, de se débarrasser de Beel. Oga et son groupe doivent combattre afin de sauver le monde et Beel.

Un manga à plusieurs facettes 

C’est un manga de base comique. Les personnages ne sont pas forcément tous très drôles individuellement, c’est surtout les situations dans lesquelles ils se trouvent qui le sont. Bien sûr, comme c’est un manga humoristique, les personnages ont tous un brin de folie et certains plus que d’autres apportant encore plus d’humour au manga. Rien que pour juger la folie du manga, il y a un personnage nommé Alaindelon, c’est, d’ailleurs, celui qui amène Beel à Oga. En fait, rien qu’un lycéen qui se balade avec un bébé toujours nu, démontre l’excentricité du manga. Comme personnage phare, il y a aussi Furuichi, le meilleur ami d’Oga. C’est aussi le gars le plus normal d’Ishiyama et est le tsukkomi du manga. Ce terme désigne un personnage rationnel, sérieux, intelligent et souvent tourné en ridicule par les autres personnages ou par certaines situations. D’un autre côté, le manga contient des facettes plus sérieuses et émouvantes. On ne s’attend pas forcément à voir du sérieux ou de l’émotion dans un manga de ce genre. Hormis les combats, le manga se centre sur l’évolution de la relation père-fils entre Oga et Beel, une relation vraiment touchante et attendrissante. Finalement, il n’est plus seulement un réceptacle pour le pouvoir de Beel. Il devient son père lui apprenant les choses importantes de la vie, l’éduquant pour qu’il devienne comme lui et pas comme le Roi Démon. Réciproquement, Beel s’attache à Oga et en tant qu’enfant, écoute ses conseils et même ses décisions. Le fait que le lien d’Oga et Beel soit devenu plus fort amène la question de : est-ce qu’on est forcément mieux avec ses parents biologiques ? Grâce à Beel, Oga a mûri et réciproquement, leur relation a été autant bénéfique pour l’un que pour l’autre. C’est aussi un manga où les relations amicales et la solidarité sont présentes, Oga se fait des alliés avec lesquels il affrontera tous les problèmes à venir. Bien que les arcs deviennent plus sérieux, il n’y a pas de morts. D’ailleurs, lors de l’arrivée des démons, les combats deviennent plus matures avec un plus grand enjeu : celui de sauver la Terre. Si le groupe d’Oga échoue, le monde court à sa perte. On est passé de combat d’adolescents pour le pouvoir du lycée à des combats entre démons et terriens pour le futur de la Terre. Même si l’humour reste présent, les enjeux sont de plus en plus grands.

Mon avis

C’est un très bon manga dans lequel on rit tout le long mais qui nous fait pleurer aussi. Les personnages sont tous intéressants et attachants et on finit même par s’attacher aux démons. Tamura ne voulait pas faire un manga trop fade et il a réussi. La relation père-fils entre Oga et Beel, les relations amicales qui se créent entre les personnages ou les enjeux qui surpassent un peu trop des simples lycéens sans pouvoir. Tamura a su garder une sorte de réalisme en faisant en sorte que les lycéens, mis à part Oga, n’arrivent pas à combattre les démons du premier coup ou très difficilement. C’est un manga que j’adore re-lire et j’espère qu’il sera de nouveau adapté en anime, intégralement. Si vous l’avez lu ou regardé, qu’en pensez-vous ? Est-ce que c’est un manga qui vous a marqué ?